Naissance de l’autoritarisme et le développement modernisateur. Le cas mexicain (1946-1952)

Catherine Vézina

Résumé


Les régimes autoritaires ont trouvé un terreau fertile en Amérique latine tout au long du XXe siècle. Le Mexique ne fait pas exception à la règle, mais le régime dit unipartiste qui s’est constitué à la suite de la révolution présente une stabilité peu commune. Dans le cadre de cet article, nous nous penchons sur l’institutionnalisation de la révolution, sur l’assise d’un pouvoir central fort et sur la modernisation économique qui ont permis au Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI) de se maintenir au pouvoir. Dans un premier temps, les ouvrages qui traitent des transformations économiques qui surviennent pendant la période d’après-guerre au Mexique sont analysés afin de mieux comprendre le fonctionnement du modèle de développement. Par la suite, les études centrées sur le système politique mexicain qui se définit souvent par un autoritarisme civil et par une centralisation efficace à partir de la présidence d’Alemán (1942) sont confrontées pour mieux cerner la transition politique qui s’effectue avec la formation du PRI et qui influence la vie politique mexicaine pour toute la seconde moitié du XXe siècle. Nous terminons avec la présentation des réflexions de deux auteurs qui ont rattaché plus directement ces mécanismes à des situations concrètes de l’époque d’Alemán.

Texte intégral :

PDF


 
ISSN 1957-7273     © Association HISTOIRE(S) de l'Amérique latine.